Une soirée feeling good au Palais Montcalm

En ce pluvieux jeudi du 18 novembre, quoi de mieux qu’un bon spectacle de Blues au Palais Montcalm, sachant que l’acoustique et les jeux de lumières seront parfaits. J’ai pu assister ce soir à ni plus ni moins qu’un programme double en compagnie de Dawn Tyler Watson et le Ben Racine Band en première partie et du Paul Deslauriers Band avec comme invitée Annika Chambers en deuxième partie.

Commençons par la radieuse Dawn Tyler Watson qui était dans une forme redoutable et heureuse d’être là. Sa voix d’une pureté limpide était impeccable, riche, vibrante et chargée d’émotion, nous a transpercé littéralement tout au long de sa performance. Madame Watson était accompagnée de ses excellents et éternels complices du Ben Racine Band dont une solide section de cuivres; Nicolas Boulay (trompette), Mathieu «Moose» Mousseau (saxophone bariton) et Kaven Jalbert (saxophone Ténor) auxquels s’ajoute François Dubé (basse) Nicky Estor (batterie), John Sadowy (clavier) et du magistral guitariste Ben Racine. Encore une fois (les ayant vu à plusieurs occasions) la chimie entre tous ces fabuleux musiciens a opéré. On a pu entendre entre autres  Alligator, This And That, It Ain’t Elvis, You’re The Only One, Love To Burn, Bad Seed, I Look Good et Feels Good. Tout ce beau monde s’amusa beaucoup; complicité, camaraderie, blagues et taquineries font partie intégrante du spectacle de Dawn. Leur prestation se termina avec une ovation du public bien méritée.

Dawn Tyler Watson

La seconde partie démarre sur les chapeaux de roues avec le power trio du Paul Deslauriers Band. Accompagné d’Alec McElcheran à la basse et de Bernard «Bingo» Deslauriers à la batterie, Paul nous a démontré encore et toujours tout son talent de prodigieux guitariste pour qui la six cordes n’a plus aucun secret. Nous avons eu droit à du matériel pigé dans son répertoire dont Bounce, son dernier album, pas mal plus rock mais en étant toujours dans l’âme du Blues. J’ai trippé sur la pièce Not Fade Away où l’indéniable influence de Led Zeppelin, comme sur plusieurs autres, est mise en valeur.

Ensuite Paul nous présente son invitée surprise, la chanteuse américaine Soul/Blues Annika Chambers complice et conjointe de ce dernier. C’était une première fois pour moi et je peux affirmer qu’elle a tout une prestance…et quelle voix!. Très à l’aise sur scène et très théâtrale, elle nous a offert des chansons bien rythmées de son répertoire et de son dernier opus Kiss My Sass; Two Bit Texas Town, World Of Hurt, Raggedy And Dirty pour ne nommer que celles-ci. La complicité est évidente entre Paul et Annika; les regards, les sourires, ils nous ont donné de très jolis moments et une performance à la hauteur de leur talent.

Finalement, au rappel, nous avons eu la surprise de voir Dawn Tyler Watson revenir interpréter une chanson (Ah la mémoire! Cette faculté qui oublie) en duo avec Annika et son ancien partenaire musical Paul Deslauriers; ce qui a beaucoup plu aux spectateurs présents. Bref, deux excellents spectacles qui auront mis du bonheur dans nos cœurs malgré la grisaille…

Jean-François Desputeaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.