Jamiah Rogers  »Blues Superman »

Jamiah Rogers /Blues Superman /Novembre 2017

Blues Superman /Bourbon St. Bounce /Gone Too Long /Blues Mama /Foolproof /Parental Advice /Work /Let the Tears Fall /The Boy Next Door /Don’t Make Me Famous.

Né à Chicago en 1995, Jamiah est vite tombé dans la potion musicale blues car son père, Tony Rogers, avait son propre groupe et toutes les pratiques du band se faisaient dans le sous-sol familial. Donc dès l’âge de 3 ans Jamiah a pu expérimenter et apprendre la batterie, la guitare et la basse que son père avait mis à sa disposition. Il a débuté sa carrière avec la batterie mais c’est à l’âge de 13 ans que son père lui suggère de changer d’instrument et lui conseille fortement la guitare; ce qu’il fera. Depuis ses débuts comme musicien, Jamiah a écouté et s’est inspiré des grandes légendes du blues tels qu’Albert King, B.B. King, Howlin’Wolf, Muddy Waters, Freddie King, Jimmy Hendrix ainsi que Bob Marley. À part le blues, il aime bien aussi le rock, le reggae, la pop, un peu de country et de western… et ça s’entend dans sa musique.

Blues Superman est le premier album solo du jeune prodige mais il a aussi enregistré deux autres CD avec son band; le Jamiah Rogers Band. Pour Blues Superman, Jamiah a joué au héros en chantant, en jouant de la guitare bien sûr mais aussi de la batterie et quelques tracks de basse. Son père Tony joue de la basse sur le reste de l’album. Eh oui! ils ne sont que deux; papa et fiston et en plus ils l’ont produit. On est séduit dès les premières notes de la chanson titre Blues Superman; bonne rythmique, bon rifts de guitare et belle voix. Pour Bourbon St. Bounce, Foolproof et Work on navigue plutôt dans du funky plus explosif où la guitare est propulsée à l’avant-plan avec ses rythmes intenses et ses solos bien sentis…On a pas le choix de taper du pied. Gone Too Long quant à elle est vraiment jouée à la manière du Chicago blues traditionnel, Blues Mama plutôt influencée par le son et le style de Jimmy Hendrix, Parental Advice est un très bon blues classique, bien mélodique, où il y a un de ces solos de guitare robuste et langoureux comme je les adore. Let The Tears Fall, Jamiah ici se fait plaisir avec un excellent reggae dans le vrai sens du terme. The Boy Next Door, une autre chanson inspirée directement du grand Hendrix par son style unique et ses envolées de guitare, tous nos sens sont en alerte; ce qui nous procure de belles émotions. Il termine en beauté avec un blues tout en sensualité; Don’t Make Me Famous, mon coup de cœur, où la finesse de son doigté sur sa six cordes est irréprochable. En conclusion, je peux dire que pour ce premier album solo, Jamiah fait preuve d’originalité, a une très bonne maîtrise des arrangements et un talent indéniable comme guitariste. Un artiste à surveiller!!

Jean-François Desputeaux

BluesQuébec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.